logo CRPF Occitanie (jpg - 191 Ko)

Le CRPF et ses missions

Le CRPF Occitanie est une délégation régionale du CNPF, établissement public sous tutelle du Ministère chargé des forêts.

Son action contribue ainsi à l’activité économique de la région, à l’aménagement du territoire et à la préservation de l’environnement dans le cadre d’une gestion durable et multi- fonctionnelle.

Il a pour mission d’orienter et de développer la gestion des bois, forêts et terrains à boiser des propriétaires privés en proposant : un appui aux structures de regroupement foncier, conseil, formation, développement des produits et services de la forêt, intégration de la forêt à la lutte contre l’effet de serre, actions pour la protection de la santé des forêts, encouragement à l'adoption de méthodes de sylviculture conduisant à une gestion durable des forêts, agrément des plans simples de gestion, participation à l'action de protection de l'environnement, etc.

Le CRPF est géré par un Conseil de Centre composé de 8 propriétaires forestiers et leurs suppléants représentant les cinq départements, élus pour six ans par :

  • tous les propriétaires de forêt de plus de 4 hectares (collège départemental),
  • leurs syndicats départementaux (collège régional).

Le Conseil comprend également le Président de la Chambre régionale d'agriculture et un membre du personnel.


Les missions du CRPF

Orienter vers la gestion durable

  • Instruction et agrément des « Plans simples de gestion », outils de gestion des forêts privées de plus de 25 ha. Ce document, rédigé par le propriétaire ou son gestionnaire, analyse la forêt, ses équipements, les enjeux économiques, environnementaux et sociaux. Il programme pour une période de 10 à 20 ans les interventions à réaliser pour atteindre les objectifs du propriétaire : coupes, travaux, etc.
  • Rédaction et promotion du « Code des bonnes pratiques sylvicoles » auquel peuvent adhérer pour 10 ans les propriétaires privés non assujettis à un Plan simple de gestion.
  • Élaboration du « Schéma régional de gestion sylvicole » qui renseigne sur les caractéristiques de chaque région naturelle, sur les périmètres particuliers qui ont une influence sur la gestion, et donne les interventions possibles selon les objectifs du propriétaire et les peuplements forestiers ou terrains qu’il possède.
  • Promotion de la certification de la gestion forestière durable

Développer, par le conseil et la formation

  • Réunions d’informations techniques ouvertes à tout propriétaire et s’appuyant sur des parcelles de démonstration.
  • Formation des propriétaires à travers les formations départementales à la gestion forestière (FO. GE. FOR).
  • Informations personnalisées (techniques, juridiques, fiscales…) auprès des propriétaires forestiers ou fonciers.
  • Recherche et expérimentation de nouvelles méthodes de sylviculture conduisant à une gestion durable compatible avec une bonne valorisation économique du bois, de la biomasse et des autres produits et services des forêts.
  • Appui technique aux CETEF - centres d'études techniques et économiques forestières -, association créées par les propriétaires : chasse, truffe et autres champignons syl- vestres, bois artisanaux, etc.
  • Edition d’un bulletin trimestriel d’information « Les nouvelles feuilles forestières ».
  • Facilitation de la gestion et de la commercialisation des produits et services des forêts.
  • Organisation de la prise en charge des demandes particulières à caractère environnement et social, en concertation éventuelle avec les usagers

Regrouper

  • Création et animation de structures de regroupement (groupements forestiers, associations syndicales, centres d'études techniques et économiques forestières, etc.).
  • Appui technique et administratif.
  • Appui aux organismes professionnels (coopératives, syndicats…)

Affirmer le rôle de la forêt dans le territoire

  • Concourir au développement durable et à l'aménagement rural, en particulier au développement économique des territoires par la valorisation des produits et services de la forêt.
  • Participation aux actions menées par les structures territoriales : Pays, Communautés de communes, Parcs naturels régionaux, etc.
  • Contribution à l’approche territoriale de la gestion forestière : charte forestière de territoire, plans de développement de massifs, etc.
  • Participation à l’élaboration des documents d’urbanisme : plans locaux d’urbanisme, plans de prévention des risques, etc

Contribuer à la protection de l’environnement

  • Suivi des espaces protégés ayant une incidence sur la gestion forestière : sites Natura 2000, sites classés, Parc national des Cévennes, réserves naturelles…
  • Prise en compte de la biodiversité et des paysages.
  • Contribution aux missions du « Département santé des forêts »